HISTORIQUE

Créée en 1984, ATI figure parmi les premières formations artistiques en image de synthèse, conçues par des pionniers de l’art et informatique en France. La philosophie initiale s'est maintenue au cours des années au fil de l'évolution des technologies et des pratiques.

En l'absence de logiciel professionnel, les premières promotions programmaient leurs images 3D sous Rodin développé par Hervé Huitric et Monique Nahas, et sous Anyflo développé par Michel Bret. Les étudiants au profil plus techniques écrivaient leur propre moteur de rendu et d'animation. Avec l'arrivée des logiciels professionnels (softimage puis maya), le département a développé un enseignement d'infographie s'appuyant sur ces nouveaux outils dans une perspective artistique. Mais il a également poursuivi l'objectif de doter les étudiants d'une capacité à intervenir en profondeur dans ces outils : ainsi, les étudiants apprennent à programmer des plugins, des scripts intégrés à ces logiciels, pour des créations artistiques plus singulières.

Dans les années 90, les recherches menées par le labo INREV sur les thématiques de la vie et l'intelligence artificielle et l'acteur virtuel ont été introduites dans les cours. Dans les années 2000, l'introduction d'un moteur 3D temps réel (Virtools) a permis l'ouverture de nouveaux cours sur l'interactivité et le jeu vidéo, favorisant là encore le transfert des connaissances issues de la recherche vers l'enseignement.

L'originalité de la formation et sa relation tissée avec le milieu professionnel a contribué à l'émergence de nouveaux métiers, et a favorisé l'insertion des étudiants. Aujourd'hui, la relation étroite entre le laboratoire INREV, la formation ATI et le milieu professionnel, continue d'alimenter l'évolution de la formation tout en perpétrant la double compétence artistique et technique, en s'appuyant sur les nouvelles techniques, les nouveaux logiciels et matériels.


FONDATEURS

Hervé Huitric

Né en 1945 à Paris, il a étudié la peinture à l'École des beaux-arts de Paris puis a obtenu une maîtrise et un DEA en informatique. Ses recherches sont consacrées à l'image numérique générée par ordinateur dans tous ses états: algorithmes de génération, de réalisme, animations, installations. En 1980 son doctorat d'État en Esthétique présente des travaux commencés dès 1969 : images numériques ainsi que les programmes informatiques correspondants. Considéré comme un pionnier du domaine, il a participé à de nombreuses expositions aux États-Unis, dont toutes celles du Siggraph Art Show de 1982 à 1990, ainsi qu'en France, notamment au Musée d'art moderne de la Ville de Paris1, et dans de nombreux autres pays. Il a reçu plusieurs prix pour ses images, le prix Ars Electronica (Mention honorable en animation par ordinateur) en 1991, et deux premiers prix de recherche en 1993 (Imagina, Monte-Carlo) et en 1994 (Eurographics, Oslo).
> Consulter les archives des films de Hervé Huitric et Monique Nahas


Monique Nahas

Titulaire d'un Doctorat d'Etat de Physique Théorique « Sur les déformations et contractions d'algèbres de Lie et de leur représentations », soutenue en 1969 au Laboratoire de Physique Théorique de l'Ecole Polytechnique de l'Université d'Orsay, elle rencontre Hervé Huitric en 1971, et s'initie alors à l'informatique avec le langage LISP et à l'algorithmique au travers de cours donnés en commun avec Hervé Huitric sur les grammaires formelles et la logique modale. Découvrant alors qu'il est possible de transformer des algorithmes en images, elle s'investit dans ce domaine et contribue à la création et à la direction de la formation Art et Technologies de l'Image.


Michel Bret

Après des études de mathématiques et une pratique de la peinture (jusqu'en 1978) il passe sept années à l’étranger au titre de la coopération culturelle au Maroc (1966-1969), au Vénézuela (1969-1971) et au Vietnam (1971-1973). De retour en France il reprend des études d’informatique qu’il applique à sa pratique artistique, il obtient une thèse de troisième cycle (en 1981) et un doctorat d’état (en 1984). Depuis 1976 il écrit des logiciels de synthèse, réalise de nombreux films (primés dans des festivals internationaux). A partir de 1995 il introduit des techniques de la vie artificielle (réseaux neuronaux et algorithmes génétiques) dans la création artistique, en particulier pour l’interactivité, en réalisant des installations interactives mettant en scène des acteurs « intelligents » et autonomes. Professeur émérite des université, il a enseigné dans la formation Arts et Technologies de l’Image de l’Université Paris 8 jusqu’en 2002.
> Consulter les archives des films de Michel Bret


Edmont Couchot

Edmond Couchot est Docteur d’État et Professeur émérite des universités. Il a dirigé la formation Arts et Technologies de l’Image à l’Université Paris 8 pendant une vingtaine d’années et a participé aux recherches du laboratoire Images numériques et Réalité Virtuelle. Il s’intéresse, en tant que théoricien, aux relations de l’art et de la technologie et a publié sur ce sujet une centaine d’articles dont les premiers remontent aux début des années quatre-vingt et cinq livres : Images. De l’optique au numérique, Hermès, 1988, La Technologie dans l’art, J. Chambon, 1998, L’Art numérique, en collaboration avec N. Hillaire, Flammarion, février 2003, Des images, du temps et des machines dans les arts et la communication, Chambon-Actes Sud, 2007 et La Nature de l’art. Ce que les sciences cognitives nous révèlent sur le plaisir esthétique, Hermann, mai 2012. Plasticien d’origine, Edmond Couchot, dès les années soixante-cinq, a créé des dispositifs cybernétiques interactifs réagissant au son et sollicitant la participation du spectateur. Depuis quelques années, les ressources du « temps réel » lui ont permis de prolonger ces recherches.


Marie-Hélène Tramus

Professeure émérite et co-fondatrice de la formation ATI. J'ai co-réalisé des courts-métrages de synthèse d’image de 1984 à 1995 et des installations interactives depuis 1988 ; mes recherches et expérimentations artistiques visent à créer des environnements hybridant réel et virtuel dans lesquels évoluent des acteurs de synthèse interactifs capables d’autonomie ; j'encadre les recherche des étudiants du master Arts et Technologies de l’Image Virtuelle, ainsi que des séminaires de recherche sur l’art et la technologie pour les doctorants en Esthétique Sciences et Technologies des Arts spécialité Image Numérique.



LA NAISSANCE D'ARTS ET TECHNOLOGIES DE L'IMAGE

A la fin des années 70 et au début des années 80, dans la jeune Université Paris 8, un groupe de chercheurs ont fondé la formation ATI (Arts et Technologies de l’Image) et constitué l’équipe recherche INRéV (Image Numérique et Réalité Virtuelle).



Créé en 1984, le département ATI figure parmi les premières formations artistiques en image de synthèse, conçues par des pionniers de l’art–informatique en France.



Enfin en janvier 2010, l'anniversaire des 25 ans d'ATI a permis de regrouper, le temps d'une journée, 25 promotions d'anciens étudiants pour partager leur vécu de souvenir de la formation, de leur insertion professionnelle. L'archive de cette journée est accessible sur www.ativersaire.univ-paris8.fr

Marie-Hélène Tramus revient en détail sur l'origine de la création du département.